Quelle couleur pour le fond ?

Quelle couleur pour le fond ?

PINK_LILYPINK LILY continue doucement sa progression. Quelle couleur pour le fond ? Plutôt quelque chose dans une tonalité sombre. Noir ? Oh ! Ce serait bien et il ferait extraordinairement ressortir la fleur. Finalement, ce sera quelque chose comme du turquoise… En attendant, d’éventuelles autres inspirations…

Assez vu, le noir. Dans la nuit de samedi à dimanche, j’ai drôlement bien dormi. Au petit matin, je vérifiais plusieurs fois, en tournant les yeux dans tous les sens : « Merci la vie ! Je n’ai pas mal. Génial. Fantastique. » Je retourne volontiers dans les bras de Morphée. Mais vers 8h30, je sors de ma grasse matinée avec tout le côté gauche du visage en feu. Les douleurs partent de l’oeil droit et descendent jusqu’à la mâchoire. Un comprimé de paracétamol plus tard, tout se calme, sauf dans l’oeil. Vers 14h, c’est intenable. L’oeil va exploser, tellement les vaisseaux sont dilatés !

Eh ! hop ! Direction les urgences… La première fois que je me suis présentée à ce service, c’était il y a six ans, à 4h du matin. La prise en charge était directe. Il faut dire qu’ils n’avaient rien à faire avec moi, hormis m’ouvrir les portes et me laisser aller au service qui devait me traiter, car mon hospitalisation était programmée. Seulement, on ne savait pas quand l’évènement nécessitant l’hospitalisation allait se déclencher. Si c’était le jour, je passais par les accès habituels de l’hôpital; si c’était la nuit, par les urgences (les accès habituels étant fermés). Pas un chat dans la salle d’attente à 4h du matin. Et j’ai gardé cette image des urgences dans ma tête…

Mais là, en ce dimanche pluvieux, il y a foule jusque sur les trottoirs. Ah ! oui. On est le premier dimanche des soldes. Tous les magasins sont ouverts. Peut-être qu’il y a des bonnes affaires à faire aux urgences aussi (sic)… Retour illico presto à la maison. Quitte à souffrir pendant des heures, autant le faire au chaud, dans un lit douillet. Les yeux sont clos, en attendant que Dolorès ait fini de raconter son histoire. Les heures défilent . Vers 2h du matin, le corps est suffisamment fatigué. Tous les muscles se relâchent. Oh ! voilà un sommeil réparateur !

Alors pas le noir…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.