La chanson de Baloo

La chanson de Baloo

Vous connaissez l’ours, Baloo, du Livre de la jungle ? Pour ceux qui n’ont jamais vu ce dessin animé de Walt Disney (tiré du recueil de nouvelles écrit par Rudyard Kipling), voici ce que chante Baloo :

« Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Il faut se satisfaire du nécessaire
Un peu d’eau fraîche et de verdure
Que nous prodigue la nature
Quelques rayons de miel et de soleil… »

http://www.youtube.com/watch?v=QprXlfVkpH4&feature=kp

Il existe encore quelques tribus primitives qui vivent à la Baloo. Mais dans les sociétés civilisées, difficile d’y parvenir : l’eau fraîche appartient à quelqu’un, la verdure appartient à quelqu’un, la ruche remplie de miel appartient à quelqu’un ou se trouve sur le terrain de quelqu’un…

Youpi, le soleil est à tout le monde !!!

Dans les conditions de vie à la Baloo, on n’a pas besoin de l’argent pour être heureux. Je suis tout à fait d’accord. Mais quand j’entends les gens répéter cette phrase dans une société où tant de personnes n’arrivent même pas à avoir un toit pour s’abriter ou manger à sa faim, je trouve que c’est quelque peu indécent. Il ne s’agit pas de se payer un certain niveau de confort, mais de survivre. Pour cela, il faut un minimum d’argent. Et ce minimum, aujourd’hui, tout le monde n’y accède pas.

Alternativement, il existe des solutions d’échange de services qui minimisent l’impact de l’argent. Par exemple, j’ai découvert récemment un temple bouddhiste qui offre gîte et couvert contre trois heures de travail pour l’entretien des lieux ou préparation des repas. Et ce qui se fait fréquemment aussi, c’est un toit contre le gardiennage d’une propriété. Ces initiatives ne solutionnent pas tous les cas de sans-abris !

Pour manger, personne ne vous empêchera de ramasser les herbes ou plantes sauvages. La soupe aux orties, c’est très bon pour la santé. Môme, je glanais dans les champs des pommes de terre ou oignons légèrement abîmés par les machines, que l’agriculteur laissait pourrir dans les champs. Maintenant, dans ces mêmes champs, il y a un bel écriteau : Interdiction de glaner. On peut faire les poubelles des supermarchés aussi, quand celles-ci ne sont pas chlorées pour empêcher la récupération des denrées pouvant être encore consommées…

ORTIES

Une bonne soupe aux orties

C’est quand même malheureux d’en arriver là ! Vivre à la Baloo : quel rêve merveilleux ! Seulement, contrairement à nous, il n’a pas à payer pour sa jungle la taxe de séjour, la taxe foncière, la taxe d’habitation, la location du carré de terre qui nous sert de dernière demeure.

Au fond, notre expérience sur terre n’est pas d’accumuler des choses matérielles, mais plutôt de profiter des plaisirs que nous procurent nos cinq sens. On n’a pas besoin d’argent pour ressentir le bonheur d’entendre le vent chanter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.